Questionmark Perception
Oct 16 2018 |
Logged in as : test
Help
Change contrast
Change font size

Introduction


Quickscan VWO Frans

Question

1
Chacun cherche son chat

Ils sont jeunes, s’agitent sur fond de tam-tams technos et boivent des cocktails à volonté. Une banale soirée en boîte entre copains. A ceci près que les jeunes en question ne se sont pas rencontrés dans une fête ou au boulot, mais sur le Web. Ces internautes ont voulu prolonger leur relation virtuelle dans la «vraie vie». L’un d’eux nous confie «C’est pas facile d’approcher quelqu’un à un arrêt de bus et de lui dire: "Salut! Je m’appelle Stéphane". Alors que grâce au Net.»

On les surnomme les «chatteurs», de l’anglais to chat, bavarder. Un vrai phénomène de société. Ils sont de tout âge. Etudiants, salariés, hommes, femmes, ils bavardent pendant des heures sur un chat, créant de petites «communautés» virtuelles qui débouchent parfois sur de vraies relations amicales ou amoureuses. Leader des sites de «mise en relation», avec 3 millions d’abonnés francophones, le portail Camirail organise depuis deux ans des soirées dans des discothèques parisiennes. Des rendez-vous «paravirtuels» qui ont déjà rassemblé des milliers de fêtards en une seule nuit. Contrairement au cliché, les accros du Net ne seraient donc ni autistes ni socialement frustrés.

Comme quoi, jouer au chat et à la souris a du bon. Sur la Toile. Et dans la vraie vie.

«L’Express»


Quelle est l’attitude de l’auteur à l’égard du phénomène que «Chacun cherche son chat» (titre)?
Il se montre

Question

2
Je télécharge, tu télécharges

Des millions de Français copient sur Internet musiques, films... Accusés de vol, ils se défendent.

1 Le «Mange disque» est un chaleureux bar parisien où l’on vient entre amis partager le saucisson et écouter de l’électro-rock américain ou de la musique brésilienne. Une petite centaine d’internautes assistent à une réunion en faveur du téléchargement gratuit. Dans ce public qui défend une pratique interdite par le droit sur la propriété intellectuelle, des adultes raisonnables et éduqués, âgés de 20 à 35 ans. Des hommes et des femmes, sûrs de leur bon droit, conscients de leur acte, au discours construit, à l’argumentaire réfléchi.
2 Chacun a ses raisons de fouiller sur le Web. Celui-ci recherche «des raretés», introuvables dans les bacs des disquaires. Celui-là s’intéresse surtout aux albums à la mode. Il veut les écouter une fois pour être au courant, mais ne souhaite pas forcément les acheter. Enfin, il y en a aussi qui désirent se faire la culture à la carte.
3 Internet est ainsi devenu le plus grand troc1) de la planète. Musiques, films, séries télé, documentaires, bandes dessinées s’échangent d’ordinateur à ordinateur. Le «peer to peer» (P2P), qui peut se traduire par de «pair à pair» ou «d’égal à égal», permet de mettre sa discothèque ou sa vidéothèque digitalisée à la disposition de qui se connecte sur le même site. Il a permis la propagation de tous les biens culturels ou se prétendant tels. Sans que le musicien, le compositeur, l’auteur, l’interprète, le réalisateur ou le producteur touchent le moindre centime.
4 [...] il n’y ait aucune différence entre le vol à l’étalage et le piratage d’une oeuvre sur Internet, le piratage de contenus musicaux et de vidéos constitue pour les adolescents une pratique naturelle, totalement acceptée. Toute une génération vit aujourd’hui dans l’ambivalence du mot anglais free, qui signifie à la fois libre et gratuit.
5 Or, Internet va permettre l’émergence de toute une classe d’artistes. Prenons la vedette française Lorie qui figure aujourd’hui en tête des ventes. Refusée à chaque audition, la jeune femme et son producteur ont décidé de mettre une chanson en ligne. Selon la biographie officielle, 15 000 internautes téléchargent le morceau et incitent Sony Music à proposer un premier contrat à ce phénomène capable d’attirer un si nombreux public. Après avoir craint la ruine, de nombreux acteurs, auteurs, producteurs etcetera se rassurent. Grâce à la possibilité de télécharger des extraits, les entrées dans les salles de cinéma sont en plein boom et le marché des vidéos et des CD fleurit comme jamais avant.

«Le Monde»

Noot 1: le troc = de ruilhandel

Qu’est-ce que l’auteur a voulu montrer au premier alinéa?

Question

3
«Chacun … le Web.» (eerste zin van de 2e alinea)
Combien de raisons l’auteur donne-t-il au 2e alinéa?

Question

4
Laquelle / Lesquelles des affirmations suivantes correspond(ent) à ce qui est dit
au 3e alinéa?

1 Les artistes sont en général mis au courant du téléchargement de leurs oeuvres.
2 Pas mal de matériel audiovisuel est échangé gratuitement sur Internet.

Question

5
«... il n’y ait … totalement acceptée.» (eerste zin alinea 4).
Complétez la phrase.

Question

6
Le territoire des chaussettes

Il faut le savoir, et il faut le dire: nous, les hommes, avons un problème de chaussettes. Enfin, certains hommes... Cette pièce d’habillement fait partie de cette intimité que l’on ne dévoile que dans des circonstances bien particulières. Ce serait même une marque sociale qui ne trompe pas: personne n’a oublié l’insulte faite à Pierre Bérégovoy le prolétaire par Pierre Joxe le grand bourgeois: «C’est un ancien mécano. S’est-il enrichi? Allez voir son appartement, ses meubles, regardez ses complets, ses chaussures, ses chaussettes.»
[...6...] , les chaussettes, c’est du sérieux... Il ne faut donc pas s’étonner qu’elles fassent leur entrée sur... lnternet. Petits malins de la vente par correspondance, Thierry Decroix et Pierre de Perthuis pensent bien avoir eu l’idée du siècle: créer un «abonnement chaussettes» par Web interposé, en vendant ce précieux accessoire sur un site consacré: www.chaussetteonline.com.
L’idée, elle, est bien là: l’abonné aux chaussettes recevra trois paires pour 29 euros par trimestre. Les riches opteront pour cinq paires à 49,90 euros. Pour ce prix-là, il faut s’attendre au meilleur: longue fibre, pas de couture, fabrication italienne. L’objectif est précieux, mais modeste: «Il y a certes de plus grandes causes, mais c’est la nôtre: tout mettre en oeuvre pour assurer 365 jours par an un tiroir à chaussettes fourni et une élégance jamais prise en défaut.» Il fallait bien qu’un jour quelqu’un décide de se 40 pencher sur la masculinité souffrante!

«Le Point»


«[...6...], les chaussettes, c’est du sérieux»
Complétez la phrase.

Question

7
En parlant du projet qu’ont lancé Thierry Decroix et Pierre de Perthuis, le
journaliste fait preuve de quel sentiment?

Question

8
Films, sélection

Il était une fois dans l’oued1)
De Diamel Bensalah, avec Julien Courbey, David Saracino
C’est la bonne nouvelle! Djamel Bensalah s’est remis de son Raid. On retrouve la plaisanterie et la bonne humeur qui ont fait le succès de son premier film, Le Ciel, les Oiseaux et ta mère. L’histoire? Pour échapper à des représailles, un jeune de cité accepte d’accompagner sa famille en vacances en Afrique du Nord. Son copain Johnny, qui se fait appeler Bachir, est aussi de la partie. C’est un véritable plaisir de retrouver Julien Courbey (déjà dans Le Ciel et dans Le Raid), en petit Français pure souche qui se prend pour un Arabe. Pour la petite histoire, le film est inspiré de Tonton du bled, une chanson du 113, qui a d’ailleurs participé à l’écriture du scénario.

Backstage
De Emmanuelle Bercot, avec Isild Le Besco, Emmanuelle Seigner, Noémie Lvovsky
Lucie a une idole: Lauren Waks. Un soir, pour une émission de télé, la star débarque dans la petite maison où Lucie vit avec sa mère. Mais la réaction de l’adolescente n’est pas celle attendue par les producteurs: elle pleure, se ferme, s’enferme dans sa chambre. La séquence est magnifique, d’une puissance d’émotion bouleversante. Quelques jours plus tard, Lucie part pour Paris afin de rencontrer la chanteuse retranchée dans un palace... La réalisatrice Emmanuelle Bercot n’essaye pas d’éviter les clichés sur la relation des fans avec leurs idoles. Au contraire... Elle les exploite avec talent. La force de Backstage, porté par deux comédiennes en état de grâce, c’est de tout oser dans la peinture de cette impossible liaison amoureuse. Au risque du vertige.

La Boîte noire
De Richard Berry, avec José Garcia, Marion Cotillard, Bernard Le Coq
A l’origine de ce film, on trouve une nouvelle machiavélique de Tonino Benacquista, l’histoire d’un homme qui, après un accident de voiture, a du mal à distinguer ses cauchemars de la réalité. Ce qui va le conduire à mener l’enquête sur sa propre vie... Le défi à relever pour porter à l’écran cette trame psychologique assez vertigineuse n’était pas impossible, mais Richard Berry n’y réussit pas du tout. Rempli d’effets visuels inutiles et épuisants, le film souligne chaque élément avec emphase. Le résultat est catastrophique et La Boîte noire ressemble surtout à une coquille vide...

Le Petit Lieutenant
De Xavier Beauvois, avec Jalil Lespert, Nathalie Baye, Roschdy Zem
Ce roman policier singulier s’intéresse plus aux personnages de flics et à leur vie quotidienne qu’à leurs enquêtes. Les rêves du jeune flic Antoine, son courage, son inconscience; sa supérieure, quinquagénaire brillante mais brisée par un drame familial et la fuite dans l’alcool; ses collègues, forts en gueule, solidaires ou agressifs... Si Le Petit Lieutenant est un drame tendu à l’intensité extrême, c’est aussi un film aux dialogues formidables, souvent drôles. Et une magistrale leçon de mise en scène, dont la densité ne faiblit jamais.

noot 1: l’oued = de droge rivierbedding in woestijnland


Welke film krijgt een negatieve recensie?